Tutoriel de dégustation

Le serveur s’approche, c’est certain, c’est moi qui vais devoir choisir le vin ! Vite, il faut que je me rappelle mes quelques rudiments de dégustation !

Après avoir examiné sa robe (sa couleur, sa limpidité), on remuera délicatement le verre et on portera le verre à son nez. Cet examen olfactif permettra d’apprécier les différents arômes et leur intensité. Mais attention ! Adieu les gobelets qui enferment les parfums et bonjour les verres à vins !

Vient ensuite l’étape gustative. Le vin, mis en bouche, doit y séjourner suffisamment longtemps pour permettre aux arômes volatiles de s’exprimer. Interdiction d’avaler ça cul-sec au risque de manquer de magnifiques fragrances ! C’est à l’étape suivante que l’on déterminera la vraie qualité du vin à travers son équilibre.

Pour les vins blancs, on cherchera l’équilibre entre l’onctuosité (alcool et sucre) et l’acidité. Pour les rouges, on ajoutera à ses composantes la notion de tanins.

La réussite d’un vin passe par cet équilibre : trop d’alcool, le vin vous paraitra brûlant ; trop d’acidité, la salivation en sera désagréable ; trop tanique, le vin vous paraitra astringent (râpeux). C’est de ces équilibres parfaits que naissent les grands vins.

Chaque vin à sa propre histoire et chaque histoire trouvera son dégustateur.

Laissez Un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *